Comment lutter contre le syndrome prémenstruel naturellement ?
Epanouie et sereine,  Santé

Comment lutter contre le syndrome prémenstruel naturellement ?

Le syndrome prémenstruel, c’est un ami que je n’aime pas, mais qui s’invite chez moi quasiment chaque mois, sans que je lui donne la permission. À chaque fois qu’il débarque, c’est la grande surprise. Que va-t-il m’arriver ce mois-ci ?

Ces derniers temps, ce syndrome prémenstruel m’apporte des nouveautés que je ne connaissais pas encore. C’est que j’en ai encore des choses à découvrir. Savais-tu qu’il existe plus de 150 symptômes possibles pour le SPM (son petit nom) ? C’est effarant.

Et tu sais quoi ? Je suis presque sûre qu’il s’invite chez toi aussi, puisque près de 9 femmes sur 10 l’ont déjà rencontré !

La grande question qui revient chaque mois, c’est quoi faire pour lutter contre ce satané syndrome prémenstruel ? Et naturellement si possible. Le médecin, à part des antalgiques, n’a rien à me proposer.

Pourtant, des solutions naturelles existent pour le diminuer. Je vais t’en donner 4 que je connais très bien et une autre un peu plus étonnante.

Mais avant de te révéler tout ça, on va refaire un point rapide sur qu’est le SPM et les symptômes les plus courants.

Temps de lecture estimé: 8 minutes

À lire également mon avis sur le coussin de massage Shiatsu.

C’est quoi le syndrome prémenstruel ?

C'est quoi le syndrome prémenstruel ? femme bras croisés

Pour faire simple, le SPM correspond aux quelques jours avant les règles où tu ne te sens pas bien dans ton corps et/ou dans ta tête. En règle générale, dès que les règles arrivent, tous les désagréments disparaissent.

Mais concrètement, pourquoi ce syndrome prémenstruel revient chaque mois (ou pas) et pourquoi est-il (presque) toujours différent ?

Comme tu le sais sûrement, nous les femmes, sommes sous l’influence de notre cycle. Contrairement aux hommes.

Et durant ce cycle, le corps sécrète différentes hormones selon le moment où l’on se situe.

Les hormones qui dirigent ta vie

Deux types d’hormones principales vont influencer ton cycle : les œstrogènes et la progestérone. Mais il en existe d’autres, comme la FSH, qui déclenche l’ovulation, par exemple.

Les œstrogènes

Elle atteint son pic au moment de l’ovulation puis redescend progressivement jusqu’à l’arrivée des règles.

Leur but est de préparer à l’ovulation, mais aussi de préparer le corps à accueillir un bébé. Tes cheveux vont être plus doux, mais tes seins auront aussi tendance à gonfler un peu.

La progestérone

La progestérone a pour but de soutenir une éventuelle grossesse. Elle est sécrétée après l’ovulation.

Elle va agir sur le corps pour qu’il n’expulse pas un ovule qui serait fécondé. Son action est de ralentir le corps, faire baisser le niveau d’énergie et lutter contre l’inflammation.

Qu’est-ce qui provoque le syndrome prémenstruel ?

Quand tout cet écosystème fonctionne bien, il n’y a pas de problème. C’est-à-dire quand les taux d’hormones sont bien équilibrées.

Mais si l’une ou l’autre ou même les deux sont produites en excès ou à un taux trop faible, un déséquilibre se fait. Ce qui peut entraîner ce fameux syndrome prémenstruel.

Dans le chapitre suivant, je vais te montrer ce que peut provoquer ce déséquilibre hormonal.

[Top]

Les symptômes les plus courants du SPM

Le déséquilibre hormonal peut avoir un impact sur trois sphères internes : ton corps, ton humeur et sur tes règles. Ce sont aussi des signes que tu souffres sûrement du syndrome prémenstruel.

Voici les symptômes les plus courants :

Sur ton corps

Les symptômes les plus courants sur ton corps vont être des ballonnements, une prise de poids (ou même une difficulté à en perdre), les seins douloureux, une grande fatigue, une poussée d’acné,… ce dont je souffre assez fréquemment.

Mais tu peux aussi avoir des problèmes de libido, des diarrhées, observer une chute de cheveux ou encore des bouffées de chaleur. Pour n’en citer que quelques-uns.

Sur ton humeur

Notre mauvaise humeur avant les règles est malheureusement bien connu. Et ce n’est pas pour rien.

En effet, tu peux ressentir des sautes d’humeur, de l’anxiété, des fringales plus fortes durant cette deuxième partie de cycle. Tu peux aussi souffrir d’insomnies et même pire, certaines femmes traversent un véritable état dépressif.

Sur tes règles

Le déséquilibre hormonale peut également avoir un impact sur tes règles.

Par exemple, des règles douloureuses, très abondantes, qui durent plus de 7 jours (ou moins de 2 jours), irrégulières (ou même absentes) sont des signes d’un déséquilibre.

L’aspect des règles est aussi important, observe si elles contiennent des caillots de sang ou un changement de couleur.

Clairement, pour ma part, j’ai déjà observé pas mal de symptômes notés ici. Et j’ai aussi appris une super bonne nouvelle, vers 35-40 ans, quand tu entames la périménopause, et bien ce syndrome prémenstruel se montre encore plus généreux. Pour ton plus grand plaisir (ou pas).

Bref, j’ai pas fini le rencontrer cet ami 😒.

Mais alors, est-ce qu’il existe des moyens de le dégommer ? Je vais te donner quelques pistes ci-dessous.

Découvre ce qu’on ne dit jamais au sujet de la pré-ménopause

[Top]

5 solutions naturelles pour lutter contre le syndrome prémenstruel

5 solutions naturelles pour lutter contre le syndrome prémenstruel femme boxe

Contre le syndrome prémenstruel, le corps médical n’aura bien souvent que deux solutions : prendre la pilule et/ou des antalgiques contre la douleur.

La première solution, j’ai déjà essayé. J’ai pris la pilule durant près de 20 ans (entrecoupée par une grossesse et un allaitement).

Alors déjà d’une, j’estime avoir pris suffisamment d’hormones de synthèse dans ma vie. En plus, avec mon hypertension actuelle, elle n’est plus vraiment recommandée.

Et de deux, sous pilule, j’étais tout de même ballonnée, constipée et gonflée. C’était moins pire qu’aujourd’hui, mais pas le top niveau non plus.

Pour les antalgiques, j’ai dit non à mon médecin. Ok, ça ne sert à rien de souffrir pour souffrir. Mais je sais que ça va passer, que ce n’est pas « grave ». C’est juste très inconfortable. Alors, prendre des anti-inflammatoires avec les risques que ça comporte à la longue, ça n’est pas une bonne solution pour moi.

Oui, mais bon, je ne vais pas rester à souffrir jusqu’à 13 jours par mois, quand même ! (Oui, ça peut m’arriver d’être mal autant de journées).

Voici donc quelques petites astuces que tu peux essayer pour au moins atténuer le SPM. J’en connais 4 parmi elles. Pour la cinquième, je l’ai découverte il n’y a pas longtemps et je la trouve assez originale !

Supprimer ou diminuer le café et l’alcool

Attention sujet qui fâche !

Mais je ne te parle pas de complètement arrêter. Une semaine par mois peut être largement suffisante. À placer durant ta deuxième partie de cycle, par exemple.

Pour te convaincre, voici quelques infos que je trouve super intéressantes :

  • Le café (et le thé noir) empêche le foie d’éliminer les excès d’hormones. Du coup, si tu as un excès d’œstrogènes, il n’est pas évacué !
  • Juste un à deux verres d’alcool suffisent pour augmenter le taux d’œstrogènes dans le sang.

Est-ce que j’ai besoin de te faire un dessin ? L’alcool qui fait augmenter les œstrogènes + le café qui empêche d’évacuer cet excès… SPM assuré !

Je n’aime pas les restrictions totales, mais ça fait réfléchir pour diminuer ou supprimer ces boissons seulement durant quelques jours par mois.

Arrêter le sucre ?

Pas un grand scoop non plus. Je l’avoue.

Le sucre provoque une hausse très rapide du taux de glycémie. Ce qui va provoquer en chaîne un excès d’insuline, à la base de tous les dérèglements hormonaux.

Le gros problème, c’est l’envie de sucre en deuxième partie de cycle. Sinon ça ne serait pas drôle.

Plutôt qu’arrêter et générer de la frustration, j’ai quelques astuces pour en ingérer moins au quotidien :

  • Je ne bois quasiment pas de soda ou de jus de fruit (oui, c’est aussi bourré de sucres);
  • J’évite tous les produits « light » ou « 0% ». Parce que 0% de matière grasse implique souvent plus de sucres ! Et oui. Quand on enlève quelque chose, c’est souvent pour mettre pire à la place;
  • De même, les produits light sans sucre sont bourrés d’édulcorants. Qui, sans avoir les calories, ont quand même le même pouvoir que le sucre sur ton corps;
  • Quand je fais mes gâteaux maison, je divise par deux le poids de sucre de la recette. Et je remplace par du sucre complet. C’est toujours aussi bon et moins sucré !

Toutes les pistes que je viens de te donner, c’est facile à prendre et ça devient une habitude au quotidien. Et je te dis ça en tant que bouche très sucrée !

Prendre du magnésium

Le magnésium est un relaxant. Or, dans ton quotidien de maman qui court partout à la fois, tu es stressée et le stress « bouffe » littéralement ton magnésium.

Notre alimentation d’aujourd’hui ne nous apporte pas de quoi reconstituer nos réserves. Et on est souvent carencée.

Pourtant le magnésium agit sur un grand nombre de symptômes du SPM : anxiété, douleurs, énergie, sommeil. Il aide aussi à produire suffisamment de chaque hormone.

Faire une cure de temps en temps de magnésium de qualité a tout son sens. Tu prendras, de préférence, du magnésium bysglicinate doublé de vitamine B6 pour une meilleure absorption.

Attention, avant de faire une complémentation, il est préférable que tu demandes conseil à ton médecin.

Réduire son stress pour réduire le syndrome prémenstruel

On vient de voir que le magnésium est nécessaire pour produire les hormones. Mais le stress réduit aussi inutilement tes réserves de ce précieux minéral.

Une autre solution naturelle et de faire baisser ton stress grâce à de la relaxation, un peu de sport, la méditation.

Tu peux aussi lire mon article sur La méditation pour prévenir et réduire le stress.

Et n’oublie pas que le stress est pervers, tu peux ne pas le voir durant des années. J’ai moi-même un stress silencieux qui ne se manifeste que par des problèmes de peaux, le fameux SPM, etc.

Une 5ème solution naturelle plus étonnante

Tu en manges déjà sûrement, tu vas pouvoir les mettre encore plus au menu !

C’est un aliment qui contient beaucoup de vitamines et de minéraux (dont le magnésium) qui ont une action anti-inflammatoire. De plus, ils détoxifient l’organisme.

Ce sont les légumes feuilles, et plus ils sont verts, mieux c’est. Tu peux piocher dans toutes les salades, les choux à feuilles, le cresson, les épinards et même les endives, les blettes et les herbes aromatiques.

Une raison supplémentaire est leur effet protecteur sur les cellules du col de l’utérus.

Alors, n’hésite plus à les cuisiner. Pour ma part, j’ai de la chance, mes enfants adorent les épinards et ma fille raffole des choux de Bruxelles 🙂.

Cet article arrive à sa fin. J’espère que j’ai pu t’apporter des informations intéressantes pour faire diminuer tes symptômes de syndrome prémenstruel. N’hésite pas à laisser un commentaire pour en discuter.

Pour écrire ce billet, je me suis appuyée en grande partie sur l’ebook gratuit de Circles (avec leur accord) que tu peux télécharger via le lien ci-dessous. Il contient 33 pages d’infos, 7 conseils ainsi qu’un accès à une communauté.

Cet article t’a plu ? 📍 Épingle-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard 😉

[Top]

Sauf mention contraire sur la photo, celles-ci proviennent du site Pixabay ou Pexels.

Certains liens dans cet article sont affiliés. Cela signifie que je touche une commission si tu achètes en cliquant sur ce lien, sans que le prix soit plus élevé pour toi. Un grand merci pour ton soutien !

En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

.
  •  
  •  
  •  
  • 1

Adeline

Salut ! Je suis Adeline, 43 ans, blogueuse depuis 2012. J'ai toujours eu une petite graine en moi qui voulait entreprendre. Et j'ai toujours su que quand j'aurais des enfants, je travaillerais à la maison. La vérité, c'est que ça n'a pas toujours été aussi simple que ça. Tu peux en savoir plus sur moi ici. Si tu as une question ou une remarque sur cet article, n'hésite pas à laisser un commentaire, je serai ravie d'échanger avec toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *