Gagne en sérénité !
Bien-Être

Gagne en sérénité !

Talina accompagne les mamans solos sur les sujets de la rupture et de la reconstruction amoureuses. Sur son blog Léa se sépare, elle donne aussi des pistes de réflexion bienveillantes. Aujourd’hui, j’ai l’honneur de pouvoir l’inviter ici pour t’apprendre à gagner en sérénité. Que l’on soit maman en couple ou maman solo, on a toutes besoin d’apprendre à gagner en sérénité…

La sérénité ! Mon rêve de maman et encore plus de maman solo ! 

J’ai mis du temps à la trouver, car j’avais tendance à donner beaucoup de pouvoir sur l’extérieur sur mon humeur. « Non, mais si je suis énervée c’est à cause de mon ex-mari». «Non, mais c’est ma chef qui me contrarie ». « Non, mais ce sont les enfants qui sont turbulents ». « Et puis, regarde ce temps pourri ! Comment puis-je aller bien ? ». La terre entière était contre moi (alors je prenais bien soin d’être gentille comme on me l’avait appris, quelle injustice..) et j’avais l’impression de lutter pour sembler calme. Car oui, je sais très bien faire semblant d’être calme tout en bouillonnant de l’intérieur et je sais que je ne suis pas la seule 😉 !  

Et puis un jour, j’en ai eu marre. Parce que plus je m’énervais, plus j’étais énervée. On pense se décharger alors que l’on nourrit la colère et des sentiments désagréables en nous. Thich Nath Hahn explique cela dans son livre « La colère ». On pense que la colère est un problème, on veut s’en débarrasser et à part l’extérioriser de façon agressive, on n’a pas forcément de clés pour s’en libérer. Or, la colère est juste un indicateur.  Thich Nath Hahn dit ainsi « Vous ne devez ni mépriser, ni réprimer votre colère. Apprenez à en prendre tendrement soin et à la transformer en une autre énergie, celle de la compréhension et de la compassion. ». La colère, comme les autres émotions, est porteuse de message. Et si tu n’écoutes pas le message de ton émotion, ton corps devra te bousculer davantage pour que tu l’entendes ! Le message que j’ai mis du temps à comprendre est « cela ne me convient pas ». Je voyais mes émotions comme un problème d’hypersensible alors qu’en fait le problème était ailleurs ! Ma sensibilité est au contraire une très belle boussole pour me guider vers ce qui me convient réellement.

Je te livre mes 10 clés pour gagner en sérénité :

  • M’écouter (m’écouter et m’écouter, ça pourrait faire 3 clés 😉) : ton corps te parle comme l’explique Lise Bourbeau. Cela a été une énorme découverte pour moi de savoir que les émotions s’imprimaient dans mon corps. En effet, une douleur à un endroit particulier est souvent liée à une mauvaise écoute des émotions. J’avais par exemple très souvent des laryngites, mais elles traduisaient en fait mon incapacité à exprimer ce que je voulais vraiment. 
  • Ne pas faire de suppositions et ne pas prendre les choses personnellement : Deux des accords toltèques très puissants. On utilise beaucoup d’énergie à supposer ce que pense quelqu’un au lieu de vérifier ce qu’il veut dire. De même, que d’énergie négative en nous lorsqu’on se sent visé et blessé par les paroles ou actes d’une personne ! Et oui, nous attacher à tout interpréter (souvent à tort) est une occupation très énergivore. On nourrit notre mental, mais concrètement on se fait du mal et c’est tout ! Une fois que tu te libères de cela (ça ne se fait pas en 1 jour, mais c’est possible), tout est plus facile à vivre !
  • Exprimer mes besoins. Mon corps me parle, chouette, mais j’en fais quoi après ? Mon corps me dit que j’ai un besoin non satisfait. J’ai longtemps cru que l’affirmation de moi devait se faire avec fracas. Alors que l’affirmation peut être très douce. Si je dis non à quelqu’un, c’est pour me dire oui à moi et si je suis ok avec ça, je n’ai pas besoin de crier. Les outils de la communication non violente sont très utiles. Ils permettent d’utiliser un ton juste et de se concentrer sur le fait ne parler que de soi au lieu d’accuser l’autre. Avec les enfants « j’ai besoin de silence et de repos » sera mieux entendu que « tais-toi, tu me donnes mal à la tête ».
  • Arrêter d’être gentille. Et oui, on nous a éduqués (pour ne pas dire domestiqués) pour répondre aux besoins des autres avant les siens. Et on met une cape de culpabilité si on pense à soi alors que non, ce n’est pas être égoïste que de vouloir respecter mes besoins en priorité. C’est au contraire ce qui permet aux autres de me respecter ! 
  • Prendre mes responsabilités : j’ai un besoin, je l’identifie, je l’exprime et je l’assume. Voici ma décision et j’en assume les responsabilités, même si cela n’est pas facile. On a souvent envie de se justifier, de s’excuser, mais en fait assumer ses responsabilités c’est prendre sa place d’adulte. Il y a une expression de Robert T. Kiyosaki, auteur à succès de « Père riche, père pauvre » qui dit ceci : « Lorsque l’on fait des choix faciles, la vie devient difficile ; lorsque l’on fait des choix difficiles, la vie devient facile. »
  • Chasser les peurs et les doutes : comment ? En leur parlant tout comme aux émotions. « J’ai peur de.. », c’est juste l’ego qui n’a pas envie de changer car il pense à ta survie. J’aime bien le détecter et le rassurer en passant à l’action. De la même manière, tout en accueillant mes émotions, peurs et doutes, je fais attention à ne pas cultiver ma souffrance. 
  • Me libérer du regard des autres : Être moi et tant pis si ça ne plaît pas. On a souvent cette blessure de rejet qui fait que l’on pense qu’on ne sera plus aimée en étant quelqu’un d’autre. Certes, tu pourrais ne plus plaire à certaines personnes. Mais pendant combien de temps veux-tu faire semblant de ne pas être toi ? En fait, tu risques en étant toi, d’attirer des personnes qui te correspondent vraiment et cela procure de la sérénité, crois-moi ! 
  • Chercher comment mettre plus de joie et de légèreté dans mon quotidien. Je réfléchis à la façon d’ajouter de la couleur, du mouvement, de la saveur, du rire et du plaisir. J’achète parfois des jeux de grattage (le truc bien interdit quand j’étais petite) et on s’amuse avec les enfants à voir ce qu’on a gagné après le goûter. 
  • Arrêter de penser en mode Bien/Mal : j’ai arrêté de faire des erreurs. Comment ? Bien sûr que je ne fais pas les meilleurs choix du monde à chaque instant. Mais mes erreurs se sont transformées en expériences ! Arrêter de penser que ce que je faisais n’était pas bien m’a apporté beaucoup de sérénité ! J’agis en fonction de ce que je ressens de juste pour moi, j’observe et j’ajuste. Il n’y a plus de bien/mal – gentil/méchant. Chacun fait de son mieux et moi en premier ! 
  • Me faire accompagner : c’est ce que je fais depuis 3 ans, car je n’arrive pas à voir tous mes mécanismes bloquants toute seule. C’est comme une fonction de rétroviseur pour la voiture et c’est aussi ce que je propose dans mes accompagnements de maman solo. J’ai lutté pendant 2 ans après ma séparation à essayer de gérer mes émotions seule. J’ai ainsi remis à plus tard une sérénité qui me paraissait utopique. 

Maintenant que j’ai trouvé l’accélérateur de ma voiture personnelle, je n’hésite plus à appuyer sur la pédale et en plus j’offre des cours de conduite 😊

La recette de la sérénité est une recette très personnelle. Je t’ai livré mes ingrédients, mais ta recette unique n’en sera que meilleure pour toi ! 

Si tu es toi aussi une maman en recherche de sérénité, en couple ou solo, tu peux retrouver mes articles pour devenir une maman épanouie et sereine sur le blog.

Tu as aimé cet article ? Epingle-le dans Pinterest !

  •  
  •  
  •  
  • 4

Adeline

Salut ! Je suis Adeline. Le site est actuellement en transition vers un blog qui traitera plus spécifiquement de solutions pour se débarrasser enfin de son stress intériorisé. Les choses se mettent en place progressivement. Merci pour ta patience. Tu peux en savoir plus sur moi ici. Si tu as une question ou une remarque sur cet article, n'hésite pas à laisser un commentaire, je serai ravie d'échanger avec toi !

4 Commentaires

  • Le petit monde de NatieAK

    Coucou
    C’est quelque chose qui n’est pas toujurs facile à gérer car il faut d’accord en comprendre la source véritable et ce n’est pas forcément celle qui nous semble la plus évidente. Parfois, il faut prendre le temps d’y réflechir.
    Très bel article !

  • Au panier de Lina

    Coucou. Cet article est très intéressant ! Ce serait l’idéal de réussir à faire tout ceci, mais je trouve que ce sont des choses très difficiles à mettre en place comme ne pas prendre les choses personnellement, me libérer du regard des autres, arrêter d’être gentille. Toutes ces choses me font du mal et j’en suis consciente mais c’est difficile de se dire « Allez on s’en fiche » et de surtout s’y tenir. En tout cas, ton article laisse à réfléchir. Bisous

  • Adeline

    Lina,
    Je te remercie pour l’intérêt que tu portes à mon article sur comment gagner en sérénité.
    Il est vrai que ce sont des choses difficiles à mettre en place.
    Cependant, tu peux procéder étape par étape. En commençant par ce qui te semple le plus facile.
    Et si en essayant et qu’au bout de plusieurs jours c’est toujours inconfortable, n’insiste pas, c’est que ce n’est pas la bonne méthode pour toi.
    Si jamais tu as la moindre question, surtout, n’hésite pas un seul instant à revenir vers moi !
    Belle journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *