santé mentale en entreprise
Bien dans mon job

Comment préserver ta santé mentale en entreprise

La santé mentale en entreprise, c’est un peu tabou.

Des améliorations ont été faites, mais quand ça t’arrive à toi, tu es quand même un peu honteuse de ne pas y arriver comme les autres.

Alors tu n’en parles pas et tu fais comme si tout allait bien.

Sauf que ça ne s’arrange que rarement avec le temps.

Sache que tu n’es pas la seule dans ce cas. J’écris cet article parce que j’étais cette femme-là.

Aujourd’hui, je veux te donner ici 4 pistes pour que tu puisses préserver ta santé mentale dans ton entreprise, après un rappel de qui peut être concerné (il n’y a pas que le bas de l’échelle !) et comment identifier ces troubles.

👀⏱️ 7 minutes

Peux-tu être concernée, toi ?

Longtemps, je me disais que moi, avec un CDI, un boulot pas mal payé quand même, c’était culotté de me plaindre de ma situation. J’étais ingénieure dans l’automobile et dix ans auparavant, j’aimais mon travail.

Beaucoup d’autres galèrent vraiment plus.

C’est vrai quoi, sur le papier tout allait bien !

Juste sur le papier, en réalité. Parce que moi, je me sentais rongée de l’intérieur. Je souffrais intérieurement, je mangeais de plus en plus mal, je n’avais plus envie de prendre soin de moi, je me laissais littéralement couler.

Donc, oui, on peut toutes être concernées. De l’ouvrière à l’ingénieure, de l’ATSEM à la prof de fac, de l’aide-soignante à l’infirmière…

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 1 Européen sur 4 est touché par des troubles psychiques au cours de sa vie. Et il y aurait même près de 1 salarié du privé sur 2 qui serait actuellement confronté à une difficulté psychologique.

Nous sommes donc quasiment tous concernés de près ou de loin. Et le type de métier, le statut, le salaire ne met pas à l’abri de la souffrance au travail, selon Noémie Guerrin, fondatrice du cabinet Santé du Dirigeant, spécialisé dans l’amélioration de la qualité de vie au travail (QVT) et la prévention des risques psychosociaux (RPS).

Il est donc important dans un premier temps d’apprendre à reconnaître ces troubles de la santé mentale en entreprise.

Comment identifier les troubles de santé mentale

Seulement 7% osent parler de leurs difficultés psychologiques à leurs supérieurs ou responsables des ressources humaines.

Tu comprends que de savoir reconnaître les troubles sur toi-même est donc essentiel, mais aussi de les détecter sur tes collègues qui pourraient être concernés et qui n’osent pas en parler.

Seul un professionnel pourra poser un diagnostic, mais tu peux apprendre à repérer certains signes d’alertes.

Un problème de santé mentale en entreprise peut se caractériser par:

  • Une grosse perte de motivation, comme un collaborateur qui aimait son travail, et de moins en moins de projets arrivent à susciter son intérêt;
  • Un repli sur elle-même, quelqu’un qui évitera les moments « festifs » de l’entreprise, qui semblera triste, à regarder dans le vague;
  • De l’agressivité, une personne qui devient à fleur de peau, stressée, qui s’énerve pour pas grand-chose;
  • Des troubles physiques, une manifestation sur la santé avec des petites maladies qui s’accumulent: maux de tête, problème de vision, mal de dos, insomnies, fatigue, troubles alimentaires, etc;
  • Un surinvestissement dans le travail, une personne qui pense qu’elle fait n’en fait jamais assez.

J’ai tiré ces situations de mon expérience, de mon vécu. Je trouve que les infos à ce sujet sont encore trop rares. Cette liste n’est pas exhaustive et je la partage comme des pistes pour permettre d’identifier sur soi ou sur les autres éventuellement un problème de santé mentale au travail.

En général, ce mal-être provient d’une surcharge de travail, une perte de sens, un manque de reconnaissance, un mauvais équilibre vie pro/vie perso, un sentiment de solitude, etc.

Détectés bien en amont, éviter le burn-out est possible. Découvre mes 4 pistes pour préserver ta santé mentale en entreprise.

4 pistes pour préserver sa santé mentale au travail

Comme tu l’as vu, tout le monde peut être impacté par la santé mentale au sein de l’entreprise.

Certains signes, surtout si plusieurs se déclarent, peuvent alerter sur une dégradation de celle-ci.

Voici maintenant mes 4 pistes pour agir avant de filer droit vers le burn-out et pour préserver sa santé psychologique.

1 – Oser en parler

santé mentale au travail
Photo de ANTONI SHKRABA

C’est banal, je sais.

J’ai été la première à ne pas suivre ce conseil. Au contraire, je faisais tout pour que ça « ne se voie pas ».

Et pourtant, c’est la meilleure des choses à faire quand tu détectes qu’un truc cloche. Tu n’as pas à avoir honte d’en parler.

Si tu n’as pas envie d’en parler à ton responsable, aux managers, à ton RH ou même ton médecin (je ne voulais pas qu’il me gave d’antidépresseurs 🙄, tu peux trouver d’autres personnes.

Confie-toi au moins à un collègue de confiance, quelqu’un qui ne te jugera pas et saura faire ce qu’il faut au sein de l’entreprise. Cela peut être juste de commencer par dire que c’est dur d’être motivé au travail en ce moment, plutôt que « tout va bien, ne t’inquiète pas ».

Par contre, évite les personnes qui risquent d’entretenir ton mal-être.

2 – Ecouter et observer ses collègues

En retour, à toi aussi d’être à l’écoute de tes collègues.

Ce n’est pas forcément celui qui se plaint tout le temps qui va le plus mal.

Rien que de noter un changement de comportement chez quelqu’un peut être un indice (voir comment identifier les troubles de santé mentale).

L’idée est d’ouvrir la conversation avec lui, lui dire que tu as remarqué ceci ou cela et que tu t’inquiètes de savoir s’il va bien.

Idéalement, tu t’es renseigné avant vers qui il peut s’orienter dans l’entreprise. Parfois des postes spécialement dédiés au bien-être au travail existent.

En prenant régulièrement de ses nouvelles, tu pourras intervenir auprès de quelqu’un si tu vois que la situation empire.

Par contre, ce qu’il ne faut pas faire, c’est de te mettre à la place d’un thérapeute. Ton rôle est de détecter et d’orienter le collègue.

3 – Garder un bon équilibre vie pro/vie perso

Des horaires à rallonge le soir, du boulot ramené à la maison, des mails envoyés le week-end, et la vie professionnelle empiète sur la vie perso.

Même célibataire sans enfant n’est pas une excuse pour trop travailler.

Lors d’un coaching de groupe, j’ai constaté un nombre effarant de personnes qui ne savent même pas ce qui les fait vibrer dans la vie, tellement elles se sont perdues dans le boulot.

Préserver ta sphère intime, avoir des activités seule ou en famille, avec des amis est primordial.

Et à part avoir une profession avec des astreintes, tu n’as pas besoin de laisser ton téléphone pro allumé le soir, le week-end ou en vacances !

Si tu es manager, c’est une raison de plus pour donner le bon exemple à ton équipe.

4 – Opter pour une entreprise qui prend soin de la santé mentale de ses salariés

Avec la pandémie du Covid-19 et le confinement, le nombre d’entreprises qui prend soin de la santé mentale de leurs salariés en entreprise a explosé.

En cherchant un peu, tu en trouveras peut-être une qui correspond à tes valeurs dans ton domaine. Le magazine Maddyness en a listé 10 dans un article, mais beaucoup d’autres existent.

Enfin, lors de ta recherche d’un nouveau job, tu peux faire de la préservation de la santé mentale un critère non négociable.

Attention, une entreprise qui ne propose que des massages pour le bien-être de ses collaborateurs n’est que de la poudre aux yeux. Assure-toi que l’entreprise gère le problème de la santé mentale sérieusement.

En conclusion

Tu connais maintenant quels signes peuvent t’alerter sur un problème de santé mentale au travail pour toi-même ou un collègue. Tu sais aussi que n’importe qui peut être concerné.

J’espère que les 4 pistes que je t’ai partagées pourront t’être utiles. Elles sont simples, mais efficaces. Si tu en vois d’autres, n’hésite pas à échanger dans la zone de commentaire.

Pour aller plus loin, tu peux lire:

Je fais un burn-out. Que faire ?

Comment déterminer le bon moment pour se lancer dans un projet ?

Comment quitter un CDI qu’on a eu du mal à décrocher ?

Cet article t’a plu ? 📍 Épingle-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard 😉

Source:

Noémie Guerrin, fondatrice de Santé du dirigeant ®

10 startups qui prennent soin de la santé mentale des salariés

Adeline

Salut ! Je suis Adeline. Grande stressée de nature, aujourd'hui je me soigne et je partage sur le blog des solutions pour se débarrasser enfin de son stress intériorisé. Tu peux en savoir plus sur moi ici. Si tu as une question ou une remarque sur cet article, n'hésite pas à laisser un commentaire, je serai ravie d'échanger avec toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour être notifiée de tous les commentaires à venir ou seulement des réponses aux tiens via e-mail, fais ton choix ci-dessus.